mercredi 24 mai 2017

Laetitia COLOMBANI - La tresse

Grasset - 18 € - 224 p. - 10 mai 2017

Ma critique :


3 destins de femmes. 3 femmes d'âges différents et de cultures différentes. 3 vies différentes.
Smita veut permettre à sa fille d'échapper à sa condition en Inde
Giulia travaille pour l'entreprise de son père en Sicile.
Sarah est avocate à Montréal.



On suit leur parcours tour à tour, un chapitre chacune. 
Mais chacune voit son monde vaciller. Et l'on est témoin de leur courage pour affronter les changements qui vont résulter de ce vacillement.

On s'attache à chacune des ces trois femmes. Malgré leurs différences, elles ont en commun une force que chacun peut trouver en soi.



C'est une belle histoire de vie, une belle histoire de destins qui changent de chemin, un roman lumineux et plein d'espoir que je vous recommande sans crainte.



Ma note : 17/20

Mots clefs : Femme - Destin - Contemporain

samedi 13 mai 2017

Anne-Fleur MULTON (DIGLEE aux illustrations) - Viser la lune

Poulpe Fictions - 9€95 - 168 p. - 4 mai 2017

Ma critique : 
Alerte Coup de Coeur !

Pour un roman jeunesse, oui oui !
Qui m'a fait me coucher une heure plus tard en semaine car je voulais en connaître la fin.

Viser la lune est le premier roman du nouveau label éditorial Poulpe fictions.

Il nous est raconté par Aliénor alias Ali, jeune fille de 13 ans, passionnée d'astronomie et de science vivant en Guyane.
Aliénor rencontre par hasard sur internet Azza qui vit à Lyon, Itaï qui vit en Nouvelle Calédonie et Maria qui vit à Montréal. Et là, c'est le coup de foudre amical. Ces quatre filles se retrouvent régulièrement en ligne, malgré le décalage horaire, pour se partager leurs joies, leurs peines, leurs rigolades et leur quotidien. Jusqu'au jour où elles décident de lancer leur chaîne YouTube pour parler de leurs passions respectives.

Ce roman est une pépite. Il contient tout : de l'amitié, de la joie, de l'entraide et j'en passe. Il nous montre quatre filles géniales, avec chacune leurs caractères et leurs particularités.
C'est un livre moderne et actuel, une ode aux amitiés virtuelles mais aussi une ode à la différence. 
Et c'est aussi un livre qui vous montre sans exagération aucune que les passions des jeunes filles sont les mêmes que celles des jeunes hommes.
Dans ce livre, on aborde tout un tas de sujets différents et de préoccupations d'ados et pré-ados sans que cela fasse too much. Tout est juste et bien amené. 

Franchement, c'est un sans-faute.

Un condensé d'émotions dans 168 pages de fraîcheur. J'ai tellement hâte de lire la suite de leurs aventures.

Je pense que ce livre peut plaire à tous, dès que les enfants et pré-ados ont mis le nez sur Skype ou sur YouTube. 
A savoir qu'il est le 1er tome d'une série nommée "Allo Sorcières"


Ma note : 20/20

Mots clefs : Amitié - Correspondances - Francophonie - Geek - Egalité

lundi 24 avril 2017

JP DELANEY - La fille d'avant

Mazarine - 21€90 - 430 p. - Mars 2017

Ma critique :
Un roman qui commence à faire parler et à raison !

Dans ce thriller psychologique, on suit deux femmes : Emma, avant. Et Jane, maintenant.
Toutes deux ont en commun d'avoir emménagé dans un appartement un peu spécial dont l'architecte a des exigences particulières en matière de locataire. Le deal est simple : il loue un bel appartement minimaliste pas trop cher, et les locataires doivent correspondre à un type précis. Pour cela, avant d'être acceptés, ils doivent remplir un long questionnaire plutôt intrusif.

Sauf que, Jane, commence à être intriguée par la fin mystérieuse qu'a connue Emma, la locataire précédente.

Déjà, j'ai adoré la construction du roman : alterner entre la vie de chacune des deux filles, celle d'avant, celle du présent, afin de comprendre ce qu'il s'est passé, et de se demander si pour l'autre, il se passera aussi quelque chose.
De plus, entre chaque chapitre nous est délivrée une des questions du questionnaire qu'ont rempli préalablement les locataires.
Ensuite, j'ai beaucoup aimé l'ambiance du roman. Par l'appartement dont il est question et par le personnage d'Edouard Monkford, l'architecte, on entre dans le roman comme dans un lieu aseptisé. Edouard Monkford est un personnage spécial, sûr de lui, froid, très perfectionniste. Il n'est pas attachant mais il est intriguant. Son mode de vie, sans encombrement, donne presque envie. Presque.
L'ambiance est renforcée par les questions inter-chapitre et par les descriptions de l'appartement, du système d'exploitation qui gère toutes les interactions électriques et logistiques.

Un roman comme j'aime, où on s’intéresse à la psychologie de personnages un peu particuliers, avec une construction tout aussi particulière qui nous plonge dedans. On veut poursuivre la lecture, s'avoir ce qu'il s'est passé et ce qu'il va se passer. 

Si comme moi vous aimez les thrillers psychologiques simples à lire mais addictif, allez-y !

Ma note : 18/20


Mots clefs : Thriller psychologique - Minimalisme - Architecture

Vous aimerez peut-être...

 La Fille du train  Tout n'est pas perdu

mercredi 12 avril 2017

Pierre JOURDE - Winter is coming

Galliamrd - 15 € - 160 p. - 9 mars 2017

Ma critique :
Winter is coming, c'est le titre d'un morceau de Kid Atlaas. 
Kid Atlaas est le pseudo d'un fils de Pierre Jourde, Gabriel.
En 2014, Gabriel est décédé à 20 ans d'une maladie que l'on ne peut qualifier de "longue" car elle n'a duré "que" 11 mois. 11 mois quand on se rend compte qu'on perd son fils, c'est court. Quand on sait qu'il souffre c'est long. Mais ce ne sont que 11 mois.
Winter is coming est un titre très à propos, car l'hiver est venu sur Gabriel et pour Pierre Jourde et leur famille.
Winter is coming, celui du père, Pierre Jourde, est le récit des 11 mois précédent la mort de Gabriel.

S'il m'est impossible de juger ce livre, de le conseiller et le sur-conseiller, je peux vous dire qu'il est d'une profonde justesse, celle que confère la réalité, le témoignage ; et d'une grande qualité littéraire venue, cette fois, de son auteur, qui était déjà écrivain, critique et prof avant la rédaction de ce récit très personnel. 
Je peux vous dire aussi que j'ai grandement apprécié ma lecture, bien qu'elle fut douloureuse. Cette souffrance, ça reste la vie. La manière dont elle est racontée ne rend pas notre lecture malsaine, ce n'est pas un acte de voyeurisme, c'est la vie et la littérature.

Gabriel était un artiste. Gabriel était jeune. Gabriel était aimé. Gabriel n'est plus.
Pierre Jourde raconte la douleur. Pierre Jourde raconte l'espoir, vain. Pierre Jourde raconte une parcelle de sa vie. Mais surtout, Pierre Jourde raconte bien et juste.

On ne peut pas rester indifférent face à cette lecture.


dimanche 26 mars 2017

Ami POLONSKY - Le Secret de Grayson

Albin Michel "litt'" - 15€90 - 336 p. - Août 2016

Ma critique :

Grayson est un jeune collégien orphelin qui vit chez son oncle et sa tante. Ce que ne savent ni sa famille, ni ses camarades, c'est que Grayson n'est pas un garçon. Grayson est une fille, et il tentera de se faire accepter comme telle par le biais d'une pièce de théâtre.

J'avais très envie de lire ce livre pour la thématique qu'il traite, tout en ayant un peu peur de la manière dont elle allait être traitée.
Au final, ce n'est pas tant le traitement qui m'a gêné, bien qu'il n'échappe pas aux clichés, mais plutôt tous les malheurs qui accablent Grayson. A croire qu'une personne avec une vie lambda ne peut pas s'identifier à l'autre genre, non, il faut qu'en plus de cela, Grayson ait tous les malheurs du monde : il est orphelin, vit avec un cousin odieux, sympathise avec une fille méchante. Il faut forcément qu'il parte de loin pour arriver à la lumière.
Mais eh, oh, on peut avoir une vie lambda, et "conventionnelle", et s'identifier dans le genre opposé à celui qu'on nous a assigné à la naissance.
Voilà le bémol pour moi : forcément aller au drame. 
Après, heureusement, les choses évoluent pour Grayson. je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir son histoire par vous même.

Au niveau du style, c'est un livre que j'ai mis "assez longtemps" à lire. Le style ne m'a pas captivée, je pense que l’enchaînement de malheurs et la narration plaintive ont engendré des passages longuets. Dommage.

Encore une fois, j'apprécie de voir le transgendérisme et les transidentités abordés en littérature jeunesse, et rien que pour ça je vous encourage à le lire : c'est un petit pas vers l'acceptation que ce thème se répande en littérature jeunesse et ado en ce moment. 
Mais j'ai toujours une préférence pour La face cachée de Luna (maintenant : Cette fille c'était mon frère) qui est un roman très cher à mon cœur.

Ma note : 16/20

Mots Clefs : Transidentité - Différence - Genre - Théâtre

Vous aimerez peut-être...

 L'âge d'ange  La face cachée de Luna